Liste des entrants et finissants

15/12/2017

Soutenance de Nicolas Bailly

01/10/2016

Arrivée de Morgane Evin comme CR2

29/04/2016

Soutenance de thèse M. Taso : 

“Vers une caractérisation multiphysique des pathologies médullaires chez l'homme : Couplage IRM multi-paramétrique/
Simulation biomécanique par éléments finis”

Composition du jury proposé

  • M. Pierre Jean ARNOUX, Aix-Marseille Université, Directeur de thèse
  • Mme Virginie CALLOT, Aix-Marseille Université, Co-Directeur de thèse
  • M. Pierre-Hugues ROCHE, Aix-Marseille Université, Examinateur
  • M. Julien COHEN-ADAD, Ecole Polytechnique de Montréal, Rapporteur
  • M. Rémy WILLINGER, Université de Strasbourg, Rapporteur
  • M. Yvan PETIT, Ecole de Technologie Supérieure de Montréal, Examinateur

Mots-clés : Biomécanique, Moelle épinière, Pathologies médullaires, IRM, Modèle multiphysique.

Résumé :
La myélopathie cervicale spondylotique est connue pour être une cause fréquente de troubles neurologiques en particulier dans la population vieillissante. Néanmoins, sa prise en charge clinique reste délicate du fait d’un manque de marqueurs pronostiques permettant d’évaluer in vivo les dommages structurels rencontrés dans la moelle épinière et surtout l’évolution clinique des patients. Présentant une forte composante mécanique (compression médullaire), une compréhension des phénomènes biomécaniques mis en jeu dans cette pathologie apparaît nécessaire afin d’établir le lien entre cause mécanique, conséquences structurelles et cliniques. C’est pourquoi ces travaux ont été focalisés sur développement d’un couplage original et inédit entre simulation biomécanique par éléments finis permettant d’étudier le comportement de tissus sous contraintes et Imagerie par Résonance Magnétique quantitative permettant d’appréhender les conséquences structurelles (dégénérescence neuronale/axonale, démyélinisation …). Pour atteindre cela, des outils de traitement d’images IRM ont été développés (atlas morphologiques normatifs notamment) et insérés dans les modèles éléments finis permettant d’en améliorer leur fidélité morphologique. Ces développements ont été ensuite appliqués en combinaison avec des techniques novatrices d’imagerie IRM quantitative (diffusion, transfert d’aimantation inhomogène) pour caractériser la microstructure normale et pathologique de la moelle épinière. Ceci a permis notamment de mettre en évidence les variations structurelles liées à différents facteurs (régions de la moelle épinière, vieillissement) permettant de donner des bases solides pour aller caractériser les altérations structurelles rencontrées dans la moelle épinière de patients atteints de myélopathies cervicales. Les données collectées ont aussi servi aux études biomécaniques par éléments finis ayant été conduites pour évaluer les contraintes tissulaires rencontrées lors d’une compression médullaire et les mécanismes de sollicitation de la moelle épinière dans ce cas particulier. Ceci a permis d’évaluer les déformations et contraintes mécaniques subies par la moelle épinière dans un cas de compression chronique. Plus particulièrement, il a notamment été montré une différence régionale de contraintes entre les différentes composantes de la moelle épinière (substance blanche et grise en particulier). De même, il a été démontré l’influence du niveau cervical touché en termes de conséquences mécaniques. Enfin, les derniers travaux conduits ont été dirigés vers l’établissement d’une preuve de concept pour évaluer en parallèle les dommages mécaniques (par simulation E.F), structurels (par IRM quantitative) et leurs corrélats cliniques dans une cohorte de patients atteints de myélopathie. Des outils spécifiques de traitement d’image ont été notamment développés pour être capable de projeter les résultats d’une simulation éléments finis sur une image réelle acquise sur patient par IRM. Ces travaux préliminaires ont démontré le potentiel de telles approches notamment par l’observation de corrélations significatives (bien qu’à confirmer) entre paramètres mécaniques (contraintes, pressions), altérations structurelles et déficits cliniques. Cette démarche s’introduit dans une approche dite multi-physique qui a permis de poser des bases au développement d’une nouvelle génération de modèles éléments finis.

20/05/2016

Soutenance de maitrise J. Hagen:

“Étude biomécanique de la stabilité du rachis cervical post‐traumatique”

Devant le jury d’évaluation :

  • Directeur de mémoire` : Yvan Petit - Département de génie mécanique, ÉTS
  • Codirecteur : M. Eric Wagnac - Département de génie mécanique, ÉTS
  • Présidente du jury : Mme Sylvie Doré - Département de génie mécanique, ÉTS
  • Jury externe : M. Pierre‐Jean Arnoux - Laboratoire de biomécanique appliquée, IFSTTAR/AMU